Le peak oil, le plus grand défi pour les économies modernes ?

Peak Oil ...

Comme chacun le sait, le pétrole est une ressource finie qui finira par s'épuiser. On parle souvent du ratio R/P (réserves sur production) pour estimer les réserves restantes, et on estime généralement qu'il reste une quarantaine d'années avant que les réserves de pétrole ne soient totalement épuisées. Malheureusement, ce raisonnement est trompeur pour deux raisons.

Tout d'abord, ce raisonnement se base sur la consommation de pétrole actuelle, alors que celle-ci ne cesse d'augmenter, notamment en raison de la forte demande des pays émergents, la Chine et l'Inde en particulier.

Peak oil ?

Ensuite et surtout, ce raisonnement laisse penser que pendant une quarantaine d'années il n'y aura aucun problème et que, une journée plus tard, la production de pétrole tombera brusquement à zéro, ce qui est bien sûr absurde. En fait, comme toutes les ressources finies, la production de pétrole a commencé et finira à zéro ce qui signifie que, entre les deux, elle passera mathématiquement par un maximum avant de se mettre à diminuer. Le peak oil désigne ce phénomène.

Le peak oil et l'augmentation des prix du pétrole

Ce double phénomène (augmentation de la demande et baisse de l'offre) conduira, en accord avec la loi de l'offre et de la demande à une explosion des prix du pétrole sans rapport avec ce que nous avons connu jusqu'ici. Ce phénomène aura des répercusions considérables sur notre mode de vie. Le pétrole est en effet une composante essentielle de notre mode de vie sur laquelle repose toute notre société moderne. Qu'il s'agisse des transports, du commerce, de la mondialisation, de la fabrication des biens, de l'exploitation des ressources naturelles ou même de l'agriculture, toute cette machinerie repose en majorité sur l'utilisation en abondance de pétrole bon marché.

Pour bien comprendre ce que cela signifie, il est pratique de se représenter l'énergie disponible actuellement grâce au pétrole en terme de serviteurs virtuels disponibles. Un calcul rapide montre que chaque Français utilise en moyenne l'équivalent énergétique d'une centaine de serviteurs pour se déplacer, se nourir et se loger. Une diminution de la quantité de pétrole disponible signifie que le nombre de «pétro-serviteurs» va se réduire au cours des années à venir. Les conséquences, par contre, seront tout sauf virtuelles. S'il fallait n'en retenir que deux, ce sont les suivantes :
• La révolution industrielle qui a commencée avec le bois et le charbon, a entraînée une fantastique croissance de l'économie mondiale jusqu'à a aboutir à ce que l'on appelle maintenant la mondialisation, mais ce sont les combustibles fossiles qui l'ont rendue possible. La fin de l'âge du pétrole signifie que, à mesure que l'énergie et les ressources exploitables grâce à elle diminueront, ce processus va s'inverser jusqu'à ce que la société atteigne un nouvel équilibre en accord avec ces mêmes ressources. La société va se contracter et se simplifier dramatiquement.
• Par bien des aspects, ce processus sera symétrique du processus de globalisation. La grande différence est que, jusqu'à présent, la population et la production se sont adaptés à des niveaux croissants de ressource en augmentant à leur tour, alors que la diminution du pétrole et des ressources les forceront alors à décroître. La décroissance de la production industrielle est une chose, celle de population en est une autre. Dans la pratique, cela signifie que le pic pétrolier mettra fin à la révolution verte et que la production agricole mondiale chutera lourdement. En conséquence elle deviendra insuffisante pour nourir la population actuelle, et des guerres et des famines généralisées dans certaines régions du monde sont à craindre.

Peak oil et décroissance

Enfin si, jusqu'à présent, la croissance a toujours été perçue et montrée comme le remède universel à tous les maux de la société, notamment le chômage, la décroissance forcée que nous allons connaître va malheureusement mettre en péril de nombreux points que nous considérons comme des acquis définitifs :
• le transport, en particulier le transport aérien
• une alimentation surabondante, en particulier la viande et les produits importés de l'étranger (fruits exotiques, chocolat, café...) voraces en énergie
• la plupart des acquis sociaux (assurance chômage, retraite, minimas sociaux... toutes choses rendues possibles par une énergie bon marché abondante)

Le peak oil signifie la fin de la mondialisation et du monde que nous connaissons. Cela ne signifie pas la fin du monde proprement dit, mais les voyages à l'autre bout du monde en quelques heures et la consommation effrénée que nous connaissons feront bientôt partie du passé. Le pétrole ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Cela prendra encore des dizaines d'années. Par contre, le moment où il n'y en aura plus assez pour tout le monde et où son prix excessif impactera notre mode de vie est beaucoup plus proche. Ce n'est pas un problème que devrons affronter les « générations futures », mais une réalité que la plupart d'entre nous connaîtront de leur vivant.

Eric Silberstein

Retrouvez sur kibodio : Environnement et écologie & Sciences de la terre