Jackson le voleur de foudre

Jackson le voleur de foudre
C'est les chevilles quelque peu enflées que nos voisins d'outre-Atlantique se sont concoctés un petit scénario à l'argument un rien mégalomaniaque. L'un des leurs, un jeune lycéen, se révèle être le descendant d'un dieu grec, rien de moins. Évidemment, très à l'aise dans l'eau, ce descendant de Poséidon devra, on s'en doute, relever maints défis pour être à la hauteur de ces copains de l'Olympe. Charmantes professeur se transformant en hydre, satyres rusés et autres sirènes vont bientôt s'interposer sur son chemin vers la vérité avec d'autant plus de force qu'il se trouvera au centre d'une querelle entre dieux.

Voilà qui est amusant, la très pieuse Amérique se découvre une passion pour le polythéisme antique, au point de prendre la mythologie au pied de la lettre, pour argent comptant, comme d'autres le font avec leur livre sacré. Malraux prédisait dans ses brumes alcoolisées que «le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas», mais il était loin de s'imaginer que cette néo-spiritualité s'incarnerait sous la forme des sorciers d'Harry Potter, d'Aliens extraterrestres sortis de royaumes enfouis dans des mondes parallèles et du retour sur terre de Zeus et de sa bande de copains pas toujours très moraux.

Chris Colombus, qui a déjà porté à l'écran un épisode de Harry Potter est le réalisateur de ce Jackson le voleur de foudre. Il garde un goût immodéré pour les transformations inattendues de personnages ordinaires en monstres hideux et pour le déchaînement des éléments. Mais dans le fond, en tant que parent, on peut quand même se demander où l'on veut mener nos enfants avec toute cette pyrotechnie pseudo-mythique? Peut-être ne faut-il pas aller chercher plus loin que le culte du véritable maître de l'Olympe Hollywood, le dieu Dollar, pour comprendre la motivation de tout ceci...

Genre : Fantastique
Durée : 2h 02min