Un château en Espagne

Un château en Espagne
Voilà un film destiné aux prés-ados, où l'argument, voire le prétexte, est la volonté, désormais plus que commune, de vouloir monter sur scène, mais qui, pour autant, ne cède rien à la médiocrité du showbiz et aux rêves de célébrité à bon compte. Au contraire, le film d'Anne Doval est d'une sensibilité toute en finesse, assez proche, selon nous, de celle d'une Coline Serreau, par exemple.

Toute la force du film, outre le thème de l'amitié fort bien filmé, est de montrer qu'en arrière-plan du désir de scène, se cache parfois quelque chose de plus affectif, de plus humain pourrait-on dire, et que l'idée même d'être star ne doit pas nécessairement être prise au premier degré.

Le scénario est charmant : Esteban et Maxime sont des amis inséparables, mais Estéban doit rentrer en Espagne. Cependant, pour forcer ses parents à rester en France, il va auditionner pour une comédie musicale, coaché par son ami et la mère de ce dernier, avocate et ex-danseuse de talent, l'occasion pour son fils de capter à nouveau l'attention de cette executive woman surbookée.

Un très beau film, avec certes quelques poncifs sur l'Espagne qui auraient pu être évités, mettant en avant une belle sensibilité. Anne Brochet est une quadra ravissante et convaincante, tandis que les enfants, saisis par une caméra qui sait se faire oublier, ne sont pas sans rappeler, sur un ton certes plus léger, l'amitié d'Antoine Doinel et de René dans les 400 coups (Truffaut, 1959). Sur la belle manière de filmer l'enfance, la comparaison peut être soutenue... À partir de 10 ans.

Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h 28min