Le compte rémunéré : définition

Il ne s'agit pas d'un livret bancaire mais d'un compte courant pour lequel la banque rémunère les liquidités présentes au crédit. Pour avoir accès à cet avantage, le client doit, en général, souscrire un package de services. En outre, la rémunération des liquidités ne se déclenche généralement pas au premier euro mais dès que le solde du compte dépasse un certain seuil qui varie en fonction des banques. Il faut donc disposer d'un volant de liquidité significatif en permanence sur son compte (entre 1500 et 2000 euros) pour obtenir une rémunération au demeurant modeste ( entre 0.7 et 2% ).

La fiscalité

Les gains retirés subissent tout d'abord les prélèvements sociaux (soit une ponction de 11%). Ils sont ensuite soumis, au choix du contribuable, soit au prélèvement forfaitaire, soit à l'imposition sur le revenu. La rentabilité du compte rémunéré s'en trouve réduite. Pour une rémunération brute a 0,5% et une option pour le prélèvement libératoire, la rentabilité nette n'est que de 0,37%.

Intérêt du compte rémunéré

Les offres des comptes rémunérés deviennent plus attractives. Contrairement aux livrets d'épargne pour lesquels les intérêts sont calculés par quinzaine et versés annuellement, sur le compte rémunéré les intérêts sont calculés quotidiennement et en général versés une fois par trimestre.

Le versement automatique sur livret

L'autre possibilité de faire fructifier sa trésorerie est de combiner un compte courant classique avec un virement automatique périodique du compte de dépôt vers un livret d'épargne ou un autre type de placement comme une Sicav ou un FCP monétaire qui génère des intérêts.

L'opération inverse qui consiste à instituer un retour automatique vers le compte courant de sommes prélevées sur vos placements est, en revanche, interdite.

La formule peut être intéressante pour les particuliers qui disposent en permanence de sommes importantes sur leur compte courant, et qui n'ont pas envie de gérer cette trésorerie. Ceux qui ont fait le plein de livrets défiscalisés peuvent opter pour un livret d'épargne investi en OPVCM. Mais la rentabilité réelle dépend, en fait, de plusieurs facteurs.

Les performances

Le rendement du compte rémunéré n'est pas garanti : il est connu a posteriori, selon l'évolution des taux du marché monétaire. Lorsqu'ils sont élevés, les performances des OPVCM monétaires permettent de dégager un gain significatif sur les liquidités placées sur le compte. Lorsqu'ils sont faibles, la rémunération se réduit comme une peau de chagrin.

Les frais

Certains établissements prélèvent des frais de gestion proportionnels à l'encours disponible sur le compte, ou demandent une cotisation annuelle forfaitaire. Ces frais viennent diminuer la rémunération réelle du placement.

Seuil de rémunération

Quelques établissements n'investissent en OPVCM les sommes déposées sur le compte que lorsqu'elles dépassent un certain montant. Lorsque ce seuil est élevé, cela réduit l'intérêt du placement, puisqu'une partie de l'encours ne donne droit à aucune rémunération.

Les intérêts sont calculées chaque jour : les sommes d'un compte rémunérées investies en OPVCM monétaires sont donc rémunérées dès le premier jour et ce, jusqu'à ce qu'elles soient dépensées.

La fiscalité

Au fil des années, la fiscalité sur les gains liés aux OPVCM monétaires s'est durcie. Si par ailleurs, il s'agit de Sicav, leur vente fait tourner le compteur de cession entraînant l'imposition des plus values au taux de 27%. La rémunération nette du placement est actuellement moins intéressante que celle pouvant être fournie par un livret A ou un CODEVI par exemple.