Les différents types de livrets d'épargne

Le livret A

Il est accessible à tous, sans condition de revenus ni d'âge. C'est le produit d'épargne le plus basique. Pour en ouvrir un, 1,5 euros suffisent. Le plafond des versements est fixé à 15 300 euros et la rémunération annuelle à 2,75% nette d'impôt.

Le taux du livret A est déterminé par une formule d'indexation automatique égale à la moyenne de l'inflation et des taux d'intérêt à court terme, augmentée de 0,25 point. Ce taux peut changer au 1er août et au 1er février de chaque année.

Le livret Bleu

Ses modalités de fonctionnement sont identiques à celles du Livret A mais il ne peut être souscrit qu'auprès d'une agence du Crédit Mutuel. Il est impossible de cumuler ce produit d'épargne avec un Livret A.

Le livret de développement durable (ex CODEVI )

C'est le nouveau nom du Codevi, qui fait, en outre, peau neuve. La somme maximum qui peut y être déposée est portée à 6 000 euros depuis le 01/01/2007. Il ne peut être ouvert qu'un compte par contribuable ou un pour chacun des époux soumis à une imposition commune. Une personne à charge du contribuable ne peut en détenir un.

Sa rémunération annuelle est de 2,75% nette d'impôt, les intérêts portés sur le livret étant exonérés d'impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

Les fonds recueillis sur le Codevi étaient destinés jusqu'ici à financer des investissements de certaines entreprises. La nouvelle formule permet de financer des actions en faveur de l'environnement, et plus particulièrement la réalisation de travaux destinés à rendre les logements plus économes en énergie.

Pour ceux qui possédaient un Codevi avant le 01/01/2007, le changement de dénomination de leur compte est sans conséquence en dehors du fait qu'ils peuvent compléter leurs versements dans la limite du nouveau plafond.

Le livret d'épargne populaire (LEP)

Ce livret a été lancé en 1982 pour aider les personnes à faibles revenus. De fait, il s'adresse aux seuls contribuables ayant payé un impôt sur le revenu inférieur à une certaine somme. Pour en ouvrir un, il est nécessaire de justifier de cette faible imposition et pour continuer à en détenir un, année après année, il faut montrer son avis d'imposition (ou de non imposition) à sa banque. Moyennant ces conditions, le Livret d'épargne populaire offre une rémunération sensiblement supérieure à celle des autres livrets : 3,75% l'an nette d'impôt. Les dépôts y sont plafonnés à 7 700 euros par contribuable, soit 15 400 pour un couple marié payant pas ou peu d'impôt sur le revenu.

Le livret jeune

Ce livret est destiné à accueillir les premières économies des jeunes. Il s'adresse aux plus de 12 ans et aux moins de 25 ans, quelles que soit les ressources de leurs parents. Chaque jeune ne peut ouvrir qu'un seul livret. Il peut y déposer jusqu'à 1 600 euros. Le taux est fixé librement par les établissements bancaires sans toutefois être inférieur à 2,75% net d'impôt. Selon les banques, le taux est actuellement proche de 4%.

Le livret B ou livret bancaire

C'est le seul livret d'épargne a être fiscalisé. Les intérêts produits par les fonds déposés font, en effet, soit l'objet d'un prélèvement libératoire, soit doivent être réintégrés à votre revenu imposable. Sa rémunération est librement fixée par les banques.

Elle peut évoluer à la hausse où à la baisse selon les taux d'intérêts à court terme.

La rémunération actuellement tirée de ce type de produit bancaire (de l'ordre de 2,75% brut) n'est bien souvent pas suffisante pour couvrir le taux de l'inflation.

Ce sont surtout les banques à distance qui affichent une rémunération de plus de 3% brut. A ce taux, il n'est pas possible de placer toutes ses économies, le capital ainsi rémunéré étant limité à un certain montant qui varie selon les banques.

Pour plus de renseignements : les caractéristiques communes à tous les livrets.